27/03/2012

Retour en douce, plus une (longue) liste

Je voulais écrire un billet sur la comtesse de Ségur (née Rostopchine) et le lien entre cette célèbre auteure de littérature jeunesse et Guerre et Paix ; cela aurait été le point de départ d'une réflexion ambitieuse sur la façon dont on choisit ses lectures et sur les connexions, parfois étonnantes, qui s'établissent d'un livre à l'autre. Je n'y suis pas arrivée (et je n'ai même pas complètement fini de lire Guerre et Paix).

J'avais aussi envie de parler de cette sensation excitante que j'éprouvais, enfant, au début des vacances, grandes ou petites. L'idée de fêter Noël me ravissait. Cela me paraît incroyable aujourd'hui, où ce genre de fête prend quasiment l'aspect d'une corvée. Malgré tout, j'ai fait du pudding de Noël cette année, en suivant une recette adorée par les Australiens, beaucoup moins lourde que la façon de faire traditionnelle (pas très adaptée à un Noël estival, si j'ai bien compris -- en français contemporain on dirait que c'est "pouf-pouf", mais je ne suis pas sûre d'approuver).

J'adorais prendre le train de nuit Paris-Milan, c'était une aventure tellement excitante. Il y avait les couchettes à installer, les gens qui mangeaient des sandwiches au pâté, le balancement ferroviaire et, surtout, le paysage à regarder, le nez collé à la vitre. Les gares traversées, les villes où le train, parfois, s'arrête. Et cette idée mélancolique : comment serait ma vie si je vivais ici, dans cette petite ville provinciale, Dijon, Chambéry, Domodossola, Brig, Vérone ou Padoue ? J'avais une sorte de nostalgie de quelque chose que je n'avais pas vécu (j'étais déjà mal barrée, dans la vie).

Tant pis si j'ai l'air d'une vieille grincheuse (d'autant plus que j'en suis une, pour le coup) mais vraiment, pour moi, l'avion tue le plaisir du trajet, et donc un peu aussi du voyage. L'avion comme moyen de transport de masse fait partie de ces choses qui désenchantent le monde, et les aéroports manquent cruellement de charme. Bien sûr, il y a des choses tellement plus importantes, je n'en ferais pas un drame et, malgré tout, j'aimerais retourner un jour à Saint-Pétersbourg, la ville la plus belle que j'aie jamais visitée, et aussi aller à Odessa.

Heureusement, j'ai quand même lu quelques bons livres l'année dernière.
---

Lu (dans l'ordre chronologique)

Wodehouse, PG, The Inimitable Jeeves, 1924 (prêté par Fraser) -
Drakulić, Slavenka, As If I Am Not There - A novel about the Balkans, translated by Marko Ivić, 1999 (prêté par Lisa) -
Alexakis, Vassilis, La langue maternelle, 1995 (relecture) ++
Iordanidou, Maria, Loxandra, roman traduit du grec par Blanche Molfessis, 1994 -- Λωξάντρα, 1963 (cadeau de Iérassimos d'il y a presque 10 ans) ++
Le Callet, Blandine, Une pièce montée, 2006 (don maternel pour lire dans le train) -
Díaz, Junot, The Brief Wondrous Life of Oscar Wao, 2008 (relecture, achat) ++
Alexakis, Vassilis, Paris-Athènes, 1989 (achat) +
Ben Jelloun, Tahar, Le dernier ami, 2004 (achat) +
Alexakis, Vassilis, Ap. J.-C., 2007 (achat) ++
Binet, Laurent, HHhH, 2009 (achat) ++
Murakami, Haruki, What I Talk About When I Talk About Running, translated from the Japanese by Philip Gabriel, 2008 -- Hashiru koto ni tsuite kataru toki ni boku no kataru koto, 2007 -- Autoportrait de l'auteur en coureur de fond, traduit du japonais par Hélène Morita, 2009 (cadeau de Frauke pour mes 34 ans) -/+
Klüger, Ruth, Refus de témoigner, traduit de l'allemand par Jeanne Etoré, 1997 - weiter leben, 1992 (relecture, achat) ++
Smith, Dodie, I Capture the Castle, 1949 (relecture, cadeau de Lucie -- (me plaît toujours, mais pas autant que lors de ma première lecture -- le charme n'est pas aussi puissant la seconde fois) +
Hong Kingston, Maxine, The Woman Warrior -- Memoirs of a Girlhood Among Ghosts, 1976 (mooch) +
Pym, Barbara, Less Than Angels, 1955 (mooch) +
Kuznetsov, Anatoli, Babi Yar, translated by David Floyd, 1970 (1966 pour l'édition censurée dans la revue Yunost) (achat Amazon used books) ++
Paolini, Christopher, Eragon, 2003 (cadeau de Maxime) -
Flannery, Tim, Throwim way leg, 1998 (prêté par John Crawford) ++
La Plante, Lynda, Above Suspicion, 2004 (speed-readé vers la fin, prêté par Sara) -/+
Adichie, Chimamanda Ngozi, Purple Hibiscus, 2004 (prêté par Sara, à qui je l'ai offert) ++
Lindsay, Norman, The Magic Pudding, 1918 (prêté par John) ++
Lowry, Lois, The Willoughbys, 2008 (Grote Street Library) ++
Diski, Jenny, The Sixties, 2009 (cadeau de ma sœur) ++
Coetzee, J.M., Age of Iron, 1990 (achat à la librairie de la (très chouette) National Library, Canberra) +++
Adiga, Aravind, The White Tiger, 2008 (Grote Street Library) +
Alexievich, Svetlana, Voices from Chernobyl -- The Oral History of A Nuclear Disaster, translation and preface by Keith Gessen, 1997 (achat librairie) +++

Vu sur petit écran

The Squid and the Whale, Noah Baumbach, 2005, USA (++)
Katyń, Andrzej Wajda, 2007, Pologne (++)
Ben X, Nic Balthazar, 2007, Belgique (++)
Todo sobre mi madre, Pedro Almodovar, 1999, Espagne (++) (déjà vu à la sortie)
Summer Heights High, Chris Lilley, 2007, Australie (++) (série)
Midnight in Paris, Woody Allen, 2011, USA (+)

Vu sur grand écran

Tanzträume, Anne Linsel et Rainer Hoffmann, 2010, Allemagne (++)
Die Frau mit den 5 Elefanten, Vadim Jendreyko, 2009, Suisse-Allemagne (+++)
You Will Meet a Tall Dark Stranger, Woody Allen, 2010, USA-Espagne (++)
La Princesse de Montpensier, Bertrand Tavernier, 2010, France (+)
The Ghost Writer, Roman Polanski, 2010, France-Allemagne-RU (++)
The Social Network, David Fincher, 2010, USA (++)
Other, Tracey Moffat, vidéo (++)
Bridesmaids, Paul Feig, 2011, USA (-)
Harry Potter and the Deathly Hallows Part 2, David Yates, USA (-)

Expositions

Goldin, Nan, Scopophilia, Musée du Louvre, Paris, 2010 (diaporama)
Saatchi Gallery in Adelaide: British Art Now, Art Gallery of South Australia, 2011 (bof bof)
Handwritten -- ten centuries of manuscripts from Staatsbibliothek zu Berlin, National Library of Australia, Canberra, 2011

Concerts

Joan as Police Woman, Botanique, Bruxelles, 2011
Quelques autres, essentiellement du classique au Elder Hall.

7 commentaires:

patoumi a dit…

Ce billet est la chose la plus charmante qu'il m'ait été donné à lire ces jours-ci (je viens de finir un roman minable -vous diriez que j'aurais du m'en douter)
Je vous embrasse.

chickenbird a dit…

Patoumi, vous me faites rougir. J'ai lu votre commentaire avant mon petit-déjeuner, c'est un bon début de journée (et ça m'encourage à revenir ici).

J'avoue être intriguée par le roman minable, l'égouttoir à vaisselle et William Josh Beck.
Je vous embrasse aussi

patoumi a dit…

En plus, j'aime bien vos ++ pour The social network qui m'a beaucoup émue, contre toute attente.
Le roman minable s'appelle "Les séparées"; la libraire m'avait dit qu'elle s'était un peu disputée avec l'un de ses collègues qui n'avait pas du tout aimé cette histoire qu'elle trouvait vraiment trop "malsaine". Je suppose qu'elle n'a pas vu "Théorème".
L'égouttoir à vaisselle, assemblé sans trop de peine (enfin, moins que celle que j'ai eue avec le roman sus-cité en tout cas) attend que des trous soient percés dans le mur de la cuisine... Le week end prochain, probablement.
Quant à WJB, il passe beaucoup sur les radios locales et aussi universitaires, c'est assez rigolo.

chickenbird a dit…

"Social Network" était vraiment bien, dans le style déprimant. Une vision très triste des rapports humains (et les femmes ! -- le film n'est pas misogyne en lui-même, mais ses personnages, oui, et ça m'avait choquée (je suis très politiquement correcte)). "Théorème", c'est vraiment unique en son genre et je suis contente de l'avoir vu, mais ce n'est pas mon film préféré -- peut-être que ça me met un peu mal à l'aise.

J'ai toujours adoré les radios universitaires, elles ont le plus souvent une programmation de grande qualité.

Anonyme a dit…

Coucou Camille,

L'écrivain Will Self, lui non plus, n'aime pas beaucoup les aéroports, cf. lien suivant à la 12e minute:
www.youtube.com/watch?v=j6ep_d_LrMYv=j6ep_d_LrMY

http://youtu.be/HOWmmq-ufqQ
Bises!
Julie

chickenbird a dit…

Merci pour le lien Julie. J'ai regardé WS et j'ai beaucoup ri. Cette émission a l'air drôlement chouette et je vois que tu es toujours très au fait en matière de choses britanniques. Prends soin de toi + baci.

Agnèslamexicaine a dit…

oh la la, je suis bien contente de pouvoir te lire à nouveau! Je reviendrai, lirai tout bien en prenant mon temps. (ah les avions, je les déteste!). Atrès bientôt