23/08/2016

Il est facile de désespérer du monde

Promenade dans l'Uckermark
Mais heureusement, j'ai quelques bonnes nouvelles.
  • Un nouveau livre de la géniale Randa Jarrar sera publié en octobre. Ça s'appelle Him, Me, Muhammad Ali et vous pouvez le précommander ici (site de l'éditeur). Randa Jarrar est l'auteure d'A Map of Home, un de mes livres préférés de tous les temps. Son nouvel opus est un recueil de nouvelles featuring journalists, kids, queers, pregnant girls, birds who are arrested for spying.
  • Un nouveau livre de mon idole JM Coetzee ! The Schooldays of Jesus, qui semble être une suite de The Childhood of Jesus (bouquin fantastiquement bizarre où la mère de Jésus a des problèmes de toilettes bouchées), a été sélectionné pour le Man Booker Prize 2016. 
  • "La journée se termine. C'est doux et un peu triste. On entend le murmure du monde qui bascule dans la nuit ; le bruit lointain d'une route, la musique d'un marchand de glaces, des voix feutrées qui s'interpellent..." (j'adore ce texte extrait des Aventuriers du soir, un très bel album d'Anne Brouillard offert par Ben ; il exprime quelque chose que je ressens très souvent).
  • Les poèmes de Hayan Charara dans Something Sinister me font frissonner.
  • Formation de Beyoncé, c'est vraiment classe. En plus le clip est très beau. J'ai un peu honte de découvrir cette chanson après tout le monde, mais mieux vaut que tard que jamais, non ?
  • En parlant de clips : avez-vous vu celui de Wuthering Heights de Kate Bush ? J'aime cette chanson (spéciale dédicace à J, qui se reconnaîtra) mais le clip est vraiment ridicule. Ou alors il a très mal vieilli. C'est quelque chose dans la manière de danser de Kate, la clairière, la robe rouge et le fard à paupières vert amande.
  • La philosophe Fabienne Brugère défend l'idée d'une République bienveillante (bon, y'a du boulot hein).
  • Une interview de Lamia Ziade, l'auteure d'Ô nuit, ô mes yeux.

09/08/2016

Ce jour qui est un jour comme les autres

                                                  Yasmin et Charles à Singapour

Aujourd'hui c'était mon anniversaire. Je me suis acheté une petite boîte d'aquarelles bon marché et du papier à origami dans un magasin de fournitures d'art, puis je suis allée à l'hôpital voir ma belle-mère qui s'est cassé la hanche. Elle était d'humeur fantasque parce qu'ils l'ont bourrée de médicaments et n'a rien voulu manger. 

À la bibliothèque, j'ai lu Le journal d'un wombat. C'est un excellent livre qui retrace avec finesse et pudeur les multiples périples d'une semaine dans la vie d'un wombat, ce mammifère charmant à la corpulence prononcée. Yasmin était moins intéressée que moi, elle préférait disposer des coussins dans les rayonnages. Plus tard, elle est tombée d'une banquette. Heureusement que dans cette bibliothèque ils aiment les enfants ! 

On a petit-déjeuné au café Troppo et j'ai pris des gaufres, ce qui ne m'arrive jamais. C'était la journée de la transgression. Ben en fait j'étais très déçue car elles avaient un goût de farine complète, ce qui est vraiment naze pour une gaufre.

J'ai lu La Végétarienne de la romancière coréenne Han Kang et l'ai trouvé vraiment génial (je pèse mes mots hein), bien qu'assez angoissant. (Entre nous soit dit, ce n'est pas du tout un texte militant sur le végétarisme.) J'ai aussi beaucoup aimé ce livre de Ben Rawlence sur le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya. Je m'interroge sur Édouard Louis, un auteur qui semble avoir tendance à écrire des livres inconfortables mettant en jeu sa vie personnelle. J'admire son intelligence et sa sensibilité mais ai peur de ne pas aimer. J'ai acheté le premier numéro de la revue Téléramadan et suis toujours en train de le lire au bout de plus d'un mois, c'est carrément bien. Il y a même des recettes de cuisine trop classes, comme les galettes harcha et le knafe palestinien (revisité par Fadi Kattan), qui sont parfaites à lire si on a envie de fuir la réalité, par exemple le discours autour de l'islam qui, en France en ce moment, atteint des sommets de délire. On dirait que la classe politique et une partie de la presse n'ont rien d'autre à faire que de s'exciter parce que des femmes organisent une virée à la piscine. Je me demande s'ils se rendent compte à quel point ils sont ridicules. Bientôt, être habillée sexy, en plus de manger du porc et boire du pinard, sera obligatoire pour montrer qu'on est une bonne Française. 

05/01/2016

Suburban Mum


Ce qui a beaucoup changé dans ma vie depuis septembre, c'est que j'ai emménagé dans une maison de banlieue dotée d'un grand jardin. Incroyable ! Comme disent mes amies Caryl et Kathleen, this is what Australia's good at. Et c'est vrai que c'est chouette d'avoir davantage de place, plus d'escalier à monter, et un jardin magnifique où il y a :
  • des pêchers
  • des nectariniers
  • un citronnier
  • un oranger
  • un mandarinier
  • un limettier
  • un grenadier
  • un potager où j'ai planté tomates, courgettes italiennes, aubergines, patates, zinnias, œillets d'Inde et trois sortes de basilic
  • un coin à plantes grasses
  • un grevillea
  • une verveine qui a la taille d'un arbuste
  • un minuscule bac à sable
  • et, last but not least, un gigantesque Hills Hoist
Dehors, c'est la banlieue australienne dans toute sa glorieuse banalité.
{La dernière fois que j'ai eu un jardin, j'avais six ans et j'habitais à Woluwe Saint Lambert.}

---

Quelques petites choses :

la recommandation du prof d'écriture à la prison de Maryville, dans The Last of Her Kind : pour trouver ta voix, écris toujours comme si tu t'adressais à quelqu'un que tu connais bien



si vous aimez les carnets Moleskine, vous devriez adorer les Hobonichi Techo

envie de lire Le conte du coupeur de bambou, voici ce qu'en dit Rivka Galchen : "This is the most straightforward description I have ever come across of what it feels like to be near a baby. They seem to come from another world, they have a strange charisma, life seems bright and rich in their aura, and one day they will leave you (lire plus ici)

une nouvelle très réussie où l'auteure Grace Talusan entremêle avec délicatesse diverses idées sérieuses tout en parlant de son obsession pour le yaourt fait maison

un article magistral de mon idole Eula Biss sur le white privilege


26/07/2015

Carnet de l'hiver 2015

Au mois de mars j'ai pas mal tricoté, en prévision de mon heureux événement, évidemment, mais pas seulement. Il y a eu la brassière de naissance et les petits chaussons de Coupe Couture, ainsi qu'un ravissant gilet à torsades. Plus tard, un bonnet Aviatrix et les chaussettes d'Hermione, qui m'ont redonné le goût de cette passion dévorante qu'est le tricotage de chaussettes.
Je suis aussi allée à la Writer's Week pour entendre Roxane Gay parler de son livre Bad Feminist. Comme Roxane possède un sens de l'humour assez brillant tout en étant naturellement sympathique, elle est vraiment très agréable à écouter (et à lire). Quelques jours plus tard, elle figurait parmi les invitées de l'édition spéciale "Journée internationale de la femme" de l'émission Q&A, une institution de la télévision publique australienne. Elle s'y est montrée, comme à l'accoutumée, drôle, charmante et incisive et je ne saurais trop vous conseiller de la lire (vous pouvez  avoir une idée de son humour en lisant ce court article où elle décrit ses habitudes d'hygiène quotidienne (défiler vers le bas pour lire sa contribution)).

En ce moment je relis The Last of Her Kind de Sigrid Nunez, et je trouve ça toujours aussi classe (je vous le conseille très, très vivement). Je me suis mise à boire du café à emporter (pratique symbole de la génération X selon mon amie Von) et j'ai donc acquis une tasse de voyage, parce que je suis une hipster qui s'ignore. Cette tasse vit dans mon sac et me permet de boire du soy latte (ou du cappuccino) lorsque je poussetto-promène.

En fait, j'aime bien être maman.

Cela ne m'empêche pas de continuer à m'intéresser à la vie des idées et autres choses de ce genre, par exemple la polémique autour du prix PEN attribué à Charlie Hebdo, sans avoir d'ailleurs d'opinion claire au sujet du racisme de ce journal car, je dois l'avouer, je ne l'ai jamais lu. J'ai vraiment aimé cet article et cet autre. Je me suis mise à lire un blog qui parle d'éthique médicale, et je trouve ça très intéressant. C'est bizarre comme le fait d'avoir moins de temps me donne envie de faire plein de choses : reprendre des études, me remettre aux maths, apprendre le Turc, crocheter des granny squares et coudre des sacs à partir de vieux draps, faire du yaourt végétal, des gnocchi et des tortillas, me créer un compte Instagram, dessiner des chauves-souris, lire plein de bouquins et puis tricoter des chaussettes pour tous les gens que j'aime.

13/06/2015

Elle est née



Ce journal de lecture va-t-il se transformer en blog de puériculture ? Je pourrais en effet, désormais, disserter à l'infini sur l'art délicat de l'emmaillotage ou les vertus des couches lavables, ou encore dispenser mes conseils avisés pour réussir votre allaitement. De quoi frémir...

Ce qui est sûr, c'est que je n'ai pratiquement rien lu depuis huit semaines. Avant, il y a eu tout ça : 
  • mon premier roman de Terry Pratchett (c'est assez lamentable, mais il a fallu qu'il meure pour que je me décide à le lire) ; ce n'est pas un scoop mais c'est vraiment bien
  • les Mille et une nuits dans une super traduction
  • L'Arabe du futur (tome 1) de Riad Sattouf (le tome 2 vient de sortir, il faut que je l'achète)
  • K.O. à Tel Aviv (tomes 1 et 2) d'Asaf Hanuka
  • un étrange et fascinant roman à propos d'un homme qui a changé de race (comme on change  de sexe) en se faisant opérer (Your Face in Mine de Jess Row)
  • le film Bande de filles, qui a réussi à me faire aimer une chanson de Rihanna (hum hum)
  • la chanson Don't Laïk de Médine, plus pour les paroles et le clip (provocants et intéressants) que la musique
  • Boy, Snow, Bird de Helen Oyeyemi